Musée d'Art Contemporain de Baie-Saint-Paul
Expositions en cours

Expositions en cours

Zone de libres échanges / Histoire du Symposium international d'art contemporain de Baie-Saint-Paul
30 juillet 2011 - 1er mai 2016 (Salle Contraste)
Commissaire : Martin Labrie



Lire la suite

Depuis 1982, le Symposium marque la vie culturelle au Québec et demeure un moment de création et de rencontre unique. Afin de faire connaître cet événement artistique majeur, le Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul présente sa première exposition permanente Zone de libres échanges.

CLIQUEZ ICI POUR ACCÉDER AU SITE WEB DE L'EXPOSITION

CLIQUEZ ICI POUR TÉLÉCHARGER LE DÉPLIANT DE L'EXPOSITION PERMANENTE

Martin Labrie a conçu et mis en place de nombreuses expositions au Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul. Détenteur d’une formation en histoire de l’art de l’Université de Montréal, il a œuvré dans diverses galeries d’art contemporain montréalaises (Joyce Yahouda, De Bellefeuille) et a été coordonnateur à l’édition et assistant à la rédaction de la revue Vie des arts. Martin Labrie est également professeur d’histoire de l’art au Cégep de Sherbrooke, y enseignant notamment les enjeux esthétiques, sociaux et politiques dans les productions visuelles des périodes moderne et contemporaine, l’art québécois, l’histoire du graphisme et la muséologie.

 


Molinari en noir et en couleur - 50 ans de ''molinarismes''
28 février au 31 mai 2015
Gilles Daigneault et Lisa Bouraly | Fondation Guido Molinari



Lire la suite

En 1954, dans un entrefilet, Le Petit Journal disait de Molinari qu’il était «reconnu comme l’un des théoriciens de l’automatisme à Montréal». L’artiste répondit par un télégramme : «N’ai jamais adhéré au groupe automatiste — stop — ne puis donc en être un théoricien — stop — je suis le théoricien du molinarisme… »

À l’époque, il s’agissait bien sûr d’une boutade, Molinari n’ayant pas encore tenu d’exposition individuelle. Mais une soixantaine d’années plus tard, le «molinarisme» désigne un mouvement qui a marqué l’histoire de la peinture au Canada, et dont Molinari a effectivement été non seulement le théoricien mais surtout le praticien le plus généreux et le plus énergisant.

En effet, sur la lancée de ses légendaires toiles de 1951, peintes dans le noir, qui donnaient une leçon… d’automatisme aux disciples de Borduas, Molinari n’a jamais cessé de structurer des espaces abstraits qui ont longtemps déconcerté le milieu en général qui n’y voyait qu’ «un art de recherche». Le peintre, en se donnant des échéances variant au besoin de quelques semaines à plusieurs années, n’en continuait pas moins à considérer la couleur — et le noir et blanc! — comme une forme d’énergie pure à intégrer dans des tableaux qui ne respiraient jamais au même rythme. Et il se consolait d’une certaine indifférence du public en se répétant que «la peinture de Mondrian elle-même était naguère perçue comme expérimentale, donc impropre à être collectionnée, à être exposée à côté d’autres artistes…»


Muriel Faille - Nature première
28 février au 31 mai 2015
Patricia Aubé



Lire la suite

Peintre, graveure et éditrice, Muriel Faille a étudié les beaux-arts à l’UQAM. En 2011, elle a reçu le Prix International St-Denys Garneau pour son travail dans le livre d’artiste. Elle présente ici des huiles sur toile ainsi que quelques livres illustrés par sa main et son imaginaire. C’est à une expérience esthétique sous un angle poétique et métaphysique que l’artiste vous convie.

« Je cherche à transcrire une matérialité immédiate du temps, des temps. Un traitement comme un langage, une trace comme un monde accessible au temps réel. Mes œuvres donnent à voir ce parcours où la vie s’engendre à des forces telluriques et cosmiques ainsi qu’à une atmosphère qui respire le ciel et la Terre. Je touche ainsi à la grandeur et à la fragilité de notre monde….de notre nature première. »


Danielle Trussart - Impression du moment
28 février au 31 mai 2015
Patricia Aubé



Lire la suite

Mieux connue pour son travail d’auteure (prix Robert-Cliche 2008), Danielle Trussart est également artiste peintre. S’inspirant entre autres de la nature charlevoisienne, elle crée des œuvres qui rèflètent des empreintes géologiques, des traces de vie. Ses impressions de moments divers et choisis…

« Tantôt le moment s’étire dans une lente contemplation d’où émergent de grands paysages stratifiés. Tantôt il se fragmente en séquences pour composer des tableaux d’estampes découpées qui se juxtaposent les unes aux autres. Tantôt il jaillit, spontané, et à l’aide de la plume, du crayon de cire et de l’encre de Chine, naissent de petits dessins fantaisistes qui s’accolent de façon à former de nouveaux ensembles. »

Le Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul est heureux de vous offrir une occasion de (re)découvrir cette facette de l’œuvre d’une artiste aux multiples talents et disciplines.

 


 
  • Bouton YouTube
  • Bouton flickr